"J'ai des ombres"
de Caroline Beuret et Laurent Thivolle



Synopsis

Un espace restreint, clos, habité par trois personnes âgées et le réalisateur. Eclats d'une rencontre, comme une tentative de définir à nouveau quelques liens éparses d'une transmission en ré-animation. Parcimonie de l’échange. Le passé comme vécu, là où ils ne font plus toujours corps.
Les souvenirs sont à la surface des images, dans la profondeur des sons.
Ils ne sont pas un, ils sont multiples, flous et contradictoires.

Note de compagnons-cinéastes

Le film est comme un regard à l'intérieur d'un monastère. La vie monastique avec ces rites du quotidien qui se
réalisent toujours de nouveau, jour par jour. Nous, comme spectateurs, devenons partie de ces rites et de
l'atmosphère intime qui est juste là d'une manière très naturelle, simplement parce que vous êtes là. Ta présence
ne dérange pas du tout cette atmosphère mais rend visible le processus de la création des images que nous
voyons. La vie et la dignité des gens qu'on regarde vit de leur simplicité, de leur silence et des traces de leur vie
qu'on peut sentir dans chaque mouvement qui est visiblement un effort pour eux. Est-ce qu'ils sont heureux ?
Est-ce qu'ils étaient heureux de temps en temps ? Ou est-ce que leur vie continue au delà de ces questions ou
catégories ? Ce sont les questions que je me suis posées. »
Nicolas Humbert, cinéaste.

« J'ai enfin réussi à regarder votre film que j'ai trouvé vraiment fort intéressant. Surtout accompli et juste en ce
choix de frontalité photographique de « still-life » ; « still-life » animé par le son qui agît par contraste avec la
lenteur des mouvements, comme s'il y avait chez les personnages (personnes), dans la dernière partie de leur vie,
une tentative de ralentir le temps, voir de l'arrêter. L'asynchronisme des voix par rapport aux images me semble
aussi quelque chose de réussi dans le but de souligner l'effort de la récupération de la mémoire et de comment
les souvenirs arrivent à s'inscrire dans le temps présent. Présences toutes réelles et fantômatiques à la fois
(longues surimpressions d'images, voix hors-champ...) qui se croisent quasiment immobiles dans cette maison
filmée comme un grand carrefour des leurs vies, de la vie.
Last but not least : le titre, que je trouve parfait. »
Mario Brenta, cinéaste.


« Bravo... regard magnifique...
Chaque centimètre de plan, chaque pouce d'espace est habité... Chaque voix transporte...
Je crois moins à certaines surimpressions, mais c'est un détail... »
Jean Paul Fargier, cinéaste et ancien critique aux Cahiers du Cinéma.

Fiche Artistique

Auteur : Laurent Thivolle
Réalisation : Laurent Thivolle et Caroline Beuret
Image / Son : Laurent Thivolle
Montage : Caroline Beuret avec la complicité de Marion Pagès-Gonzalo
Mixage : Céline Bellanger
Etalonnage : Julien Girardot

Fiche Technique

Année de tournage / Year of production : 2010
Année de diffusion /Year of :
2010
Durée / Running time :
48'
Producteur / Producer :
Film Flamme / SACRE / LfdtpL
Format de tournage :
Dv
Format de post-production / Screen ratio :
16:9
Format de masterisation / Mastering format :
Béta SP, Béta num, DVCAM, mini DV, DVD
Langue originale / Original language :
français
Sous-titres / Subtitles :
anglais

Diffusions

* Vidéothèque FIDMarseille 2010

 

 
Hors les murs
 
Autres sites Film flamme
Polygone étoilé
Les Ateliers Cinématographiques
 
Sites complices
Boris Lehman
Shellac
Blog de Kiyé
Revue Dérives
 Pensons le matin

Cinéma de papier
!

Film flamme &
éditions Commune
publient :


cinéma hors capital(e) # 0

Que dire ?

Bon de commande postal

Accueil
lien vers le site des ateliers de film flamme AteliersPolygone