From: Patrick Leboutte 
To: Polygone étoilé
Sent: Tuesday, March 14, 2006 2:28 PM
Subject: Merci pour Ho

Chère Gaëlle,

Ce trop court mail pour te remercier d’avoir accepté de me montrer les rushes, même non montés, de ton film « Ho ». Tu en as été témoin, cette projection m’a bouleversé et j’ai quitté Marseille comme dans un rêve, littéralement travaillé par chacun de tes plans : ces plans qui depuis quinze jours n’en finissent pas de me hanter, qui refusent de s’effacer de ma mémoire, tant chacun tressaille d’une énergie vitale, d’une nécessité aussi, venues de loin ; tant ils s’adressent à la part la plus profondément humaine de chacun d’entre nous.

Ce que tu m’as montré, ce que « Ho » sera une fois son montage terminé, ce que tes rushes portent déjà : bien davantage que la trace filmée d’un retour au Vietnam, ni plus ni moins qu’un enfoncement sensible dans la matière, comme on remonte vers l’inconnu d’une origine quasi sacrée parce que l’on sait que sans elle, on ne vit pas. Et ce qui me saute aux yeux, c’est qu’ici cette origine n’est rien d’autre que la langue, la nécessité de la langue originelle comme lien primordial à l’Histoire et à l’univers. Voilà très exactement ce que j’ai vu : la lente remontée d’une femme vers la langue de ses origines et la révélation progressive que cette langue est aussi celle de la révolution. Que par ailleurs ce voyage s’effectue en présence des propres filles de cette femme dit assez qu’il s’agit d’un film, universel à mes yeux, sur la possibilité de la transmission.

Je vais te faire sourire, ou te choquer peut-être, mais j’ai pensé plus d’une fois à « Apocalypse now ». Le film en a le même mouvement, cette même progression vers l’intérieur des terres vietnamiennes doublée de cette même avancée vers cette boîte noire intime enfouie au plus profond de soi-même. A cette différence près – ce qui évidemment change tout – que la révélation finale ne doit rien ici aux artifices d’un quelconque scénario, mais tout à la vérité d’une vie que l’on sent entièrement tendue vers la connaissance de ce qui en soi relie à l’espèce humaine et que l’on sent vibrer dans le moindre plan.

Je te livre ici ces quelques réflexions, maladroitement exprimées, comme elles me travaillent. J’ai entrevu un grand film de cinéma, nourri de ce geste cinématographique auquel, tu le sais, je ne cesse de consacrer l’essentiel de mes écrits, de mes séminaires, de mes programmations, de mes formations. Manière pour moi de t’encourager à ne pas baisser les bras. Ce film, il faut le terminer. Le cinéma en a besoin. Nous en avons besoin.

Manière aussi de te dire que je m’engage à le diffuser à chaque fois que j’en aurai l’occasion, comme j’ai commencé à le faire avec « La maison de Mariata ».

Maintiens le cap et tiens bon.
Je pense à toi, je pense à « Ho ».
Je vous attends.

Affectueusement
Patrick Leboutte

 
 
 
Accueil
lien vers le site des ateliers de film flamme AteliersPolygone
 
Site Optimisé en 1024x768
Copyright 2004©Film Flamme